22. nov., 2019

Une montée de légende

3’47’’156 le record avant tout !

 

La plus belle course du championnat, cette montée de l’insolite méritait  une performance à la hauteur de son environnement, Lionel Régal libre de toute pression a réalisé l’incroyable en abaissant par deux fois le record que détenait Bernard Chambérod depuis 2003, récit d’un exploit.

 

Les records sont fait pour être battus, l’essence même du sport auto  est contenue  dans ces quelques mots, pourtant  celui établi par Bernard Chambérod d’incroyable manière il y a quatre ans avait la peau dure, on se demandait bien quel mutant pouvait effacer des tablettes le chrono du Grenoblois. 

Le champion en titre avait sa petite idée sur le sujet, restant sur un temps de 3’51’’695 établit l’an dernier, on savait pertinemment que les choses ne resteraient pas en l’état. Régal en rêvait, il l’a fait, le temps de référence des 10,050 Km a volé en éclat sous le talent conjugué du pilote et de la performance de sa Reynard.

Samedi aux essais Lionel Régal pointait en tête du classement après avoir réalisé à la 2ème montée 3’53’’227,  Fabien Frantz le suivait sous la barre des quatre minutes avec un chrono de 3’59’’756. Eric Pernot était troisième talonné par Cyrille Frantz et Alban Thomas. 

Le lendemain les conditions étaient requises pour réaliser une performance de taille, la piste était fraîche, aucune souillure d’huile ne la détériorait, il ne restait plus aux 91 protagonistes qu’à passer à l’acte.

La première montée permettait à Régal de descendre une première fois le record, 3’50’’437 était la nouvelle référence pour quelques heures puisque à l’arrivé de la deuxième montée il était crédité de 3’47’’157 ce qui reléguait l’ancien record de Chambérod (3’50’’984) à plus de 3 seconde, presque quatre...

Dans la catégorie des protos Cyrille Frantz n’était pas en reste, il réalisait à la deuxième montée 3’57’’405 nouveau record de la catégorie, avouant avoir prit quelques risque il nous confiait que le stade du raisonnable était dépassé depuis longtemps « après l’épingle des 5Km, à la relance dans le rapide, j’ai raté une vitesse je me suis retrouvé au point mort, je n’avais plus qu’une seule alternative : tout lâcher, c’était chaud partout » 

Au chapitre des records battus il serait injuste de ne pas mentionner les montées spectaculaires que réalisèrent Didier Chaumont et Billy Ritchen pour le gain de la classe 3 du Gr DE, Didier qui s’imposait pour 3’’ battait le record des F3b, Billy celui des Formules Renault.

EricBrocard  "CompteTours Magazine"

 

 

Les Groupes

DE6 (Formules 3000)

3 voitures… Régal, Frantz et Thomas… que dire sinon que l’on a du mal à trouver des circonstances atténuantes aux absents et que Lionel Régal est sur une autre planète.

 

DE5 (F3A)

Benoît Bouche (Dallara 399) en recherche d’un set de pneus performant à contenu de justesse Thibaut Rieu (Dallara 397) transcendé par l’air du pays, très accrocheur et auteur d’une excellente deuxième montée, derrière ces jeunes talents probables ténors de demain, Alain Colomeda (Dallara 304), Raynald Thomas (Martini Mk79) et Jacques Chevallier (Dallara396)  suivent dans l’ordre énoncé.

Comme indiqué précédemment Didier Chaumont (Dallara 393) s’adjuge la catégorie DE3 devant Billy Ritchen (Tatuus Fr2000), Mikaël Forot (Tatuus FR2000) enfin de retour et la première Dame l’Ardéchoise Pascale Carbonne (Dallara 393) qui devance Paul Nuguet (Tatuus FR2000).

Stéphane Belhomme (Reynard 90D) remporte la DE2, Jean-Marc Brutti (Dallara) la DE1.

 

CN/C3

Cyrille Frantz (Osella Pa20s) devant Eric Pernot (Osella Pa20s), Alain Castellana (Norma M20) et Daniel Bassora (Norma M20) auteur d’un excellent début de saison, les Osella de Frantz et Pernot  dominent le championnat, mais la deuxième partie devrait vraisemblablement voir Alain Castellana revenir au top niveau qui était le sien l’an dernier, le travail fourni sur la Norma semble porter ses fruits, Alain est serein on peut lui faire confiance. C’est le sympathique Bibi Ughetto qui au volant de sa Norma M20 termine 1e des C3, 17èm au scratch.

Gr N

Nicolas Werver (Bmw M3) a enfin décroché sa première victoire en groupe N, depuis le début de la saison l’alsacien collectionnait les places d’honneur, cette victoire récompense un coup de volant reconnu par tous et la régularité du pilote de la M3. Pascal Cat se classe deuxième, Olivier Nicolle fortement handicapé par les 60 kg de lest embarqués ne termine que troisième, Louis Granjon quatrième (tous sur Bmw M3), Jérôme Janny se classe sixième au volant de la Seat Léon.  A propos du lest dénoncé par tous les pilotes, on peut proposer aussi, pourquoi pas, au train où vont les choses d’accrocher une petite remorque bien remplie à l’arrière de la voiture qui gagnerait trop souvent..

 

Gr A 

Francis Dosières est plus que jamais le patron, il décroche également la première place des voitures fermées.  Une fois n’est pas coutume le Gr A n’était pas comme à son habitude délétère, il était constitué de 14 voitures, Jean-Luc Fritsch se classe deuxième du groupe devant Frédéric Collin au volant d’une Bmw 320 Super tourisme étrennée à Hébécrevon. Son coup de volant et sa Clio Cup ont permis à Thierry Ressouche de terminer 4ème  derrière les avions de chasses qui squattent le haut du classement, idem pour Francis Bernière 5ème très impressionnant au volant d’une Clio Williams qui respire plutôt bien. 

 

Gr F/F2000

Roger Lhermet, surnommé « le grand », septuple champion de France de la catégorie a remporté sans grosse opposition une nouvelle victoire de groupe, il devance Fernand Santarelli qui ne termina qu’une seule montée dans le week-end, bien lui en prit de l’effectuer dimanche. Cyril Andrey au volant de la jolie et efficace Ford Focus complète le podium se classant 1er de F2000. Alexandre Astier (Clio 16s), Sébastien Sellier (Peugeot 205), Roland Vache (Clio RS), Daniel Triaire (Renault 19), et la Mégane de Panagiotis suivent dans l’ordre énoncé.

 

Gr GT

Autre figure de la côte, légende vivante de la discipline Christian Debias (Porsche 996 GT3)en personne remporte le Gr à 6 millièmes de son record établit en 2006, Georges Soutrenon (996 GT3) deuxièmes à 2,5 secondes, Fred Santarelli (993 bi turbo) monte sur la troisième marche du podium. Alain Hardy et la Lotus Exige finissent 4ème, Michel Lamiscarre le souriant Basque 5ème au volant de son coupé Z3, Michel Mounition qui pilotait la seconde Lotus Exige engagée ferme la marche.