28. nov., 2019

Un champion bien trempé !

Championnat de France de la Montagne  Manche 1  Bagnols/Sabran 1 avril 2007

 

Christophe Malateste, un champion bien trempé !

 

Non, ce n’est pas un poisson d'avril, un proto 2 litres qui gagne devant les F 3000, c'est la performance réalisée par Christophe Malateste aidé par la météo exécrable de ce premier week end d'avril. 

Cela ne commence jamais comme on l’imagine, des mois à attendre une échéance et lorsqu’elle arrive les éléments se déchaînent pour gâcher ce qui devait être une fête, Bagnols/Cèze aurait pu changer son nom en Déluge/Cèze tant les manches de courses furent arrosée, la mine défaite des protagoniste en disait long sur la déception ambiante. Malgré ces avatars, le plaisir d’être là, de fournir la meilleure prestation possible l’emportèrent. 

 Derrière l’inattendu vainqueur de cette reprise, Lionel Régal, deuxième, moins déçu que lors de la précédente édition, ne se fait pas de soucis pour autant, car comme le dit le dicton cher au gone de Lentilly « si à Bagnols tu débutes par une défaite, à Limonest tu feras la fête », le double champion de France est serein, son niveau de performance reste intact.

Par contre, s’il y en a un qui est passé à côté de la montre en or, c’est bien Eric Pernot, ayant prit l’avantage au soir des essais, le pilote de l’Osella monté dans la 3ème manche après  Malateste sur une piste praticable heurtait un muret occultant toutes ses chances de victoire, à l’arrivée Eric déclarait « j’étais trop confiant, j’aurais du me méfier, si ça passait  je faisais le scratch, j’étais  parti pour faire 1’26 », on pouvait croire que cette mauvaise fortune allait compromettre les chances de voir un proto s’imposer dans le Gard, il n’en fut rien, l’ondée qui survint ensuite figeait les choses en l’état, personne de devait faire mieux que Christophe Malateste qui signait ici sa première victoire en championnat de France, l’Agenais commence la saison comme il a terminé la précédente, par un coup d’éclat, après sa victoire en finale de la coupe à Hébécrevon, Malateste impose un proto 2litre en championnat, belle série en cours.

 

Au chapitre des pilotes en forme on évoquera tout d’abord  Eric Berguerand, le pilote suisse complète le podium il sera un client à surveiller au col St Pierre en l’absence de Lionel Régal,

Marcel Sapin l’extraterrestre domine la catégorie Formule 3 devant Benoît Bouche lui aussi très compétitif, Olivier Augusto remporte la F3b de fort belle manière  devant l’inoxydable Didier Chaumont.  

La victoire de Jean-François Ganevat en groupe N fut également une bonne surprise, le jurassien nouveau venu en championnat  au volant de la M3 ex Brazey devance l’alsacien Nicolas Werver également sur M3 qui fit pourtant des prouesses sur la piste détrempée, Olivier Nicolle mal chaussé ne fini que troisième. 

Francis Dosières survole le groupe A, Jean-Luc Fritsch son collègue de chez Yacco tira la quintessence de son petit moteur et nous gratifia lui aussi de passages impressionnants pour se classer deuxième du groupe. Soutrenon un peu seul en Gt en raison des forfaits de Debias, Santarelli et Vuillaume soigna la forme, François Salhien au volant de son Caterham nous fit montre de son talent de funambule, l’avantages des course du Gard c’est l’assurance de moments rares avec la présence de François Salhien, ce pilote et sa monture forment un binôme exceptionnel.

Vite dit :

Jean-Claude Carbonne percutait un poteau de la ligne d’arrivée après avoir mordu dans le bac, blessé au talon le pilote ardéchois était opéré le soir même, souhaitons lui un prompt rétablissement. 

Alban Thomas pour sa première course avec la Lola B95/50 jetait l’éponge dès la première montée du dimanche en raison de problèmes de boite de vitesses, dommage car en plus du pilotage généreux du Lorrain il y a désormais une autre saveur, la mélodie produite par l’échappement deux en un de la Lola proche du miaulement.

Dominik Gillet que l’on associait à sa célèbre Bmw M3 bleue pilote désormais une Subaru Imprezza Sti qui évolue en groupe N classe 4

120 pilotes sont classés à l’issue de la course sur 132 autorisés à prendre part, contre 122 l’an dernier qui comptait 143 partants.

La répartition dans les groupes, sur 132 concurrents: 34 en FC/F2000, 19 en N,

17 en St/A/FA, 6 en GT, 26 en C3/CN/CM, 30 en DE

Les crash box  carbone des Norma 2007 aux normes FIA, furent changés la veille pour des métalliques afin d’être conformes aux normes FFSA qui sont différentes.

Le distributeur de pneus commercialisant la marque Avon leader en course de côte, ne pouvait fournir certains  pneus commandés, conséquence directe Cyrille Frantz montait avec un vieux train de pneus pluie…

Christophe Malateste vainqueur de l’épreuve terminait de préparer sa nouvelle Norma le jeudi avant la course et n’avait pas de pneus pluie, lorsque l’on doit gagner…

Benoît Bouche se sent bien dans sa nouvelle Dallara 399 Opel, pour preuve il figurait au soir des essais en 4ème position du classement scratch.

Elle n’a pas changé, la Reynard 92D que Fabien Frantz a racheté à Bernard Chambérod a toujours le même son caractéristique, le moteur Cosworth chante toujours autant, Fabien a même tenu à  installer le siège de Bernard, qui conférait cette position avancée si atypique propre au quintuple champion de France. 

 

Classement Scratch Final 

 

 

1   Christophe Malateste Norma M20 2F   1’29’’140

2   Lionel Régal Reynard 1KL                     1’29’’497

3   Eric Berguerand   Lola T96/50              1’29’’660

4   Eric Pernot  Osella Pa 20s                      1’29’’975

5   Marcel Sapin Martini Mk 80                  1’29’’991